Silure en float tube, par Numa (Part4)

Lorsqu’on pompe le poisson, il faut coucher la canne sur le côté. Jamais face à soi. Avec vos palmes, vous allez donc orienter le nez du float tube en direction du poisson. Tout est alors sollicité : canne, bassin, jambes, et vous verrez que l’exercice est éprouvant.

02Mais les pires choses ayant elles-mêmes une fin, normalement le silure sera fatigué avant vous. Et comme vous l’avez sans doute remarqué, quand le poisson se présente pour la première fois en surface, les siluristes le gratifient souvent d’une claque amicale sur la tête, qui se solde par un nouveau rush du poisson. Cette étape, quoique surprenante, n’en est pas moins indispensable, surtout en float tube. Sans cela, le poisson, encore imparfaitement épuisé, risque de se débattre au moment de le saisir, ce qui présente divers risques qu’on imagine très bien. Mais rappelez-vous que nous sommes en float tube… Selon Franck Sosa et Marc Brune, le plus prudent est d’infliger un coup de palme au silure pour le tenir à distance.

Quand enfin vous pensez que le poisson est suffisamment fatigué, vous pouvez le saisir par la mâchoire inférieure (à l’aide d’un gant), sans oublier de serrer très fort des deux mains (j’ai bien écrit “des deux mains”) pour qu’il ne puisse pas tourner sur lui-même, vous arrachant le poignet, s’extirpant de la prise, et tout ce qui s’en suit…

Il faut alors le décrocher. C’est le plus important. L’hameçon représente en effet un danger pourMADCAT Safe Stringer le pêcheur et le float tube. C’est ensuite qu’on encorde le poisson avec un filin type escalade de diamètre huit millimètres, en passant sous la mâchoire et en ressortant par la gueule. Il ne faut surtout pas passer à travers les branchies ! L’erreur peut être fatale au silure. C’est ainsi que Madcat a développé une corde spéciale, qui amortira les gestes de défense du silure, l’empêchant ainsi de se blesser.

Il vous faudra ensuite palmer jusqu’à la berge, ce qui peut être éprouvant pour le pêcheur comme pour la bête. C’est pourquoi il est conseillé de laisser le silure et le pêcheur se reposer une heure dans un endroit ombragé, le poisson suffisamment profondément immergé pour qu’il se sente bien, avant de commencer la séance photo. Il faut que le poisson récupère, sinon la séance photo risque d’aggraver son cas et compromettre la remise à l’eau. Ce qui serait au minium très gênant… C’est donc aussi la raison pour laquelle la séance photo doit être la plus brève possible, en étalant le poisson sur une bâche préalablement mouillée, ou mieux : directement dans l’eau.

La pêche du silure en float tube se pratique du printemps jusqu’à l’automne, lorsque le silure est le plus actif. C’est une pêche à sensation qui peut aussi s’avérer extrêmement rentable quand elle est maîtrisée. Pour un pêcheur aux leurres, c’est un peu du big game en bas de chez soi, et pour un pêcheur habitué au float tube, un challenge sérieux à relever.